Le Voleur de Plumes-Marchialy

En librairie le 30 septembre 2020

22 euros

488 pages

979-10-95582-54-0

Le Voleur de plumes

Où l’on traite de la beauté, de l’obsession et du casse du siècle en matière d’histoire naturelle.

Kirk Wallace Johnson

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Doug Headline

Seriez-vous prêt à risquer votre carrière pour quelques plumes ? 

Un soir de juin 2009, le jeune musicien virtuose Edwin Rist, destiné à une brillante carrière, commet un casse pour le moins incongru : après s’être produit à un concert de la Royal Academy of Music à Londres, il s’infiltre discrètement dans le musée d’Histoire naturelle pour voler des centaines d’oiseaux entreposés là depuis plusieurs décennies. Plus étonnant encore, il ne s’empare pas des fleurons de la collection recueillis par Darwin, mais plutôt des paradisiers et autres spécimens rares aux couleurs éclatantes rapportés en Europe par un naturaliste méconnu du XIXe siècle.

C’est lors d’une partie de pêche à la mouche que Kirk Wallace Johnson entend parler de cette histoire pour la première fois. Fasciné par l’affaire, il se lance dans une enquête passionnante, à la recherche de ces plumes disparues, et questionne notre obsession pour la beauté et notre désir de la posséder, à n’importe quel prix. 

Kirk Wallace Johnson est un auteur américain. À la suite d’une mission en Irak, il fonde The List Project, une association d’aide aux réfugiés irakiens ayant travaillé pour le gouvernement américain. Il a écrit pour The New YorkerThe New York Times et The Washington Post. Initialement, Wallace Johnson s’est intéressé à l’histoire du jeune Edwin Rist pour se changer les idées et fuir la violence des conflits armés. C’était compter sans la folie qu’il allait découvrir au cours de son enquête. Le Voleur de plumes est son premier livre traduit en français.

 Dans la presse :

Sélectionné pour le prix Edgar-Allan-Poe du meilleur livre d’enquête 2018

« Kirk W. Johnson, comme Susan Orlean avant lui, passe au microscope les grands sentiments de l’humanité : naïveté, jalousie, dépression, et sa lentille transforme les petits objets, telles les mouches à pêche, en pierres précieuses. » The New Yorker

« Un livre captivant. » The New York Times