La couverture de "Tokyo Vice" version française aux éditions Marchialy. Illustration Guillaume Guilpart.

Tokyo Vice

de Jake Adelstein

traduit de l’anglais (États-Unis) par Cyril Gay

inédit paru le 4 février 2016

Quand Jake Adelstein intègre en 1993 le service Police-Justice du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun, il n’a que 24 ans et il est loin de maîtriser les codes de ce pays bien différent de son Missouri natal. À Tokyo, il couvre en étroite collaboration avec la police les affaires liées à la prostitution et au crime organisé. Pour cela, il n’hésite pas à s’enfoncer dans les quartiers rouges de la capitale, dans les entrailles du vice et de la décadence. Approché par les yakuzas, il devient leur interlocuteur favori tout en restant un informateur précieux pour la police. Une position dangereuse, inédite et ambivalente, aux frontières du crime, qui incite Jake Adelstein à entrer dans un jeu dont il ne maîtrise pas les règles.

À mi-chemin entre le polar mafieux et l’enquête journalistique, Tokyo Vice est aussi le roman initiatique d’un jeune journaliste américain à Tokyo qui nous livre, avec beaucoup d’humour, un témoignage nerveux sur l’envers de la société nippone.

L’auteur :

Jake Adelstein est le premier étranger à avoir intégré, en 1993, la rédaction du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun. Pendant plus de dix ans, ce journaliste américain couvre le trafic d’êtres humains et la corruption. À la suite de son enquête sur les yakuzas, sa famille est rapatriée aux États-Unis sous protection du FBI. Jake Adelstein fera le choix de ne pas céder et de ne jamais quitter le Japon. Il a également travaillé pour The Daily Beast, The Japan Times et Vice News. Jake Adelstein poursuit aujourd’hui ses recherches au sein du Japan Subculture Research Center.

Ils en parlent :

« Un récit inestimable, féroce et rigoureux. Adelstein décrit la mafia japonaise comme personne. » Roberto Saviano, auteur de Gomorra

« Génial. Avec un humour noir et une écriture nerveuse, Adelstein embarque le lecteur dans un voyage sombre à travers les bas-fonds de la société japonaise et examine les relations ambiguës entre journalistes, policiers et gangsters. Un récit captivant et raconté avec maîtrise. » George Pelecanos, auteur de la saga D.C. Quartet et producteur de la série The Wire

« Captivant… Adelstein ne perd jamais son sens du détail et nous surprend à vouloir sauver avec autant de rage les rebuts de la société. » Pico Iyer, Time