QUE MA MORT SOIT UNE FÊTE

Traduit de l'espagnol (Argentine) par Michèle Guillemont
Que ma mort soit une fête - MARCHIALY - ALARCON
Le dernier Robin des Bois était argentin.

Victor Vital, alias El Frente, est un ado de 17 ans comme les autres : il sort danser la cumbia dans les clubs de Buenos Aires, fait les quatre cents coups avec ses amis, vit des histoires d’amour passionnées, à ceci près : il habite l’un des quartiers les plus pauvres de la capitale argentine. Pour survivre au jour le jour, il vole et redistribue beaucoup, considéré comme le dernier voleur à avoir un code d’honneur. En 1999, alors qu’il est sur le point de se rendre, les forces de l’ordre tirent à bout portant et le tuent. Une icône est née.

C’est à peu près à ce moment-là que Cristian Alarcón, journaliste, entend parler de cette légende. Pendant deux ans, il fréquente le quartier, s’entretient avec ses proches, des membres de gangs ou des voleurs afin de reconstituer sa vie et rendre compte de son héritage. Avec Que ma mort soit une fête, il a souhaité livrer un récit humain sur ces banlieues délaissées où la solidarité prend le pas sur la violence.

Que ma mort soit une fête - MARCHIALY - ALARCON
« Cristian Alarcón fait ressortir l’humanité de ceux qui ont survécu à la drogue, au trafic, au meurtre dans les quartiers misérables de Buenos Aires. Son écriture vous transporte et vous fait pardonner des figures impardonnables.  »
Philippe Bourgois, auteur d’"En quête de respect", Seuil

L’auteur

Cristian Alarcón est un auteur et journaliste chilien. Il est professeur à la Fondation Gabriel García Márquez pour le nouveau journalisme latino-américain et à l’université nationale de La Plata en Argentine. Il a créé, en 2012, Anfibia, une plate-forme digitale dédiée au journalisme narratif latino-américain. Que ma mort soit une fêteest son premier livre publié en français.

 

INFOS TECHNIQUES

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE
ENQUÊTE
978-2-38134-009-8
300 pages
21 euros
2021